10 avr. 2007

La bohème au boeuf

En lisant la biographie de Duchamp de Judith Housez, Gavrix est tombée sur un passage insolite, qui mérite d’être relaté sur Groins&Nœuds. Figurez-vous que certaines expressions bovines, telles que « succès bœuf » ou « faire un bœuf » ont en réalité une origine toute prosaïque. Elles sont rattachées non pas à l’animal nommé mais à un endroit, le Bœuf sur le Toit, restaurant bar qui durant l’entre-deux-guerres fut le point de rendez-vous de la bohême parisienne.

Ecrivains, artistes, musiciens se réunissaient au Bœuf sur le toit pour festoyer et écouter de la musique. On y rencontrait Cocteau, Gide, Picabia, Man Ray, Bunuel, Mondrian, Fernand Léger, notre Duchamp et bien d’autres représentants de l’avant-garde littéraire et artistique. Si le restaurant existe toujours à Paris, il ne se trouve plus au même endroit, ayant déménagé cinq fois (d’après le site web).

Voici donc l’histoire de ces expressions. Gavrix profite de ce moment de récréation pour saluer chaleureusement le blog « Un blog par jour », qui m’envoie des meutes de visiteurs depuis hier (je m’apprête d’ailleurs à en effectuer une exploration poussée, ce site regorge de pépites).

Chers visiteurs, soyez les bienvenus sur Groins&Nœuds et pensez à égarer des commentaires!

Grommellements.

Et pour ceux qui souhaitent lire la biographie, le lien ci-dessous :


2 commentaires:

nerial a dit…

Hello,

J'ai suivi votre liane depuis "un blog par jour" et, damned, quelle bonne pioche !

bonne continuation

Gavrix a dit…

cher nerial,
accrochez-vous à la liane, le survol peut réserver des surprises. Le basset ne s'avoue pas vaincu!